Cathares-1244-1329-Roquebert-2

Les cathares, de la chute de Montségur aux derniers bûchers - 1244-1329

De Michel Roquebert. Perrin, 1998, 582 p.
12,00 €

Occasion, très bon état général

Dans les quatre volumes de son Épopée cathare, Michel Roquebert a minutieusement reconstitué le déroulement de cette guerre contre les Cathares jusqu'à la chute du château de Montségur, où plus de deux cents Parfaits et Parfaites cathares périrent sur le bûcher dressé le 16 mars 1244.

Mais contrairement à une idée trop souvent reçue, la fin de Montségur n'a pas marqué la fin du catharisme en pays d'Oc : l'hérésie prit le maquis, et s'ouvrit alors le volet le plus méconnu de son histoire ; histoire d'un clergé traqué de grottes en forêts, décimé par les bûchers, mais obstiné à prêcher en cachette et à donner, par l'imposition des mains, son unique sacrement, le baptême du Saint-Esprit ; histoire d'une société de fidèles inexorablement déstabilisée par les enquêtes inquisitoriales, par les emprisonnements, par la confiscation de ses biens, par l'exil, et surtout par la délation.

Cette "chasse aux sorcières" va durer 85 ans, jusqu'aux derniers bûchers allumés en 1329 pour les derniers "croyants" ; avec, en toile de fond, d'ardents conflits entre ceux-là mêmes qui veulent tous la mort de l'hérésie, mais se déchirent au gré de leur éthique ou de leurs intérêts propres : l'Inquisition, le Saint-Siège, le haut clergé catholique, les pouvoirs féodaux, le roi de France et sa propre administration locale - et même certains franciscains qui entrent en lutte ouverte contre l'Inquisition dominicaine.

Derrière les humbles et pathétiques figures, que quelque 7000 interrogatoires, sentences et documents divers, pour une large part encore inédits, permettent d'arracher enfin à l'oubli, se profilent les hautes statures de ceux qui, tirant les ficelles de ce jeu impitoyable, réglèrent la question cathare : de grands rois, de saint Louis à Philippe le Bel ; de grands papes, d'Innocent IV à Boniface VIII et Clément V ; de grands inquisiteurs, de Bernard de Caux à Jacques Fournier, futur pape Benoît XII, et à Bernard Gui - celui que Sean Connery a combattu dans Le nom de la rose...

En un sens, tout commence après Montségur...

Michel Roquebert, qui vit à Toulouse, est très connu des innombrables passionnés des Cathares. Les quatre premiers tomes de son Épopée cathare (le dernier : Mourir à Montségur) ont été de grands succès, tout comme son fameux album Les citadelles du vertige (1972) ou Montségur, les cendres de la liberté (1992).

 

Table des matières

Prologue - De la croisade albigeoise à l'Inquisition

 

Les maquisards du Saint-Esprit

Une société de résistance

Le comte, le pape et l'Inquisition

"Virga ferrea"

Le marteau des hérétiques

une famille de croyants devant le tribunal

Les évêques, l'Office et le Saint-Siège

Les dernières années de Raymond VII

Inquisition : la parenthèse diocésaine

Inquisition : le retour des prêcheurs

Le temps des renégats

L'achèvement de la conquête

 

La fin des amis de Dieu

La délation au quotidien

Philippe le Hardi : l'amnistie de 1279

Sirmione ou la fin du nouveau Montségur

Le temps des complots

Le temps des révoltes

Bernard Délicieux : le franciscain insurgé

Pierre Authié : la dernière Église

Bélibaste : le dernier des Bons Hommes

 

En guise de post-scriptum

 

Notes

Appendice I - Listes chronoogiques

Appendice II - Petit glossaire du catharisme

Sources

Bibliographie

Index

Table des cartes

 

Perrin, 1998, 582 p.

Auteur
Michel Roquebert